3 raisons d’aller voir l’exposition « Harper’s Bazaar : premier magazine de mode »

dans

Entre une période de fermeture des musées et les vacances, vous n’avez pas encore eu l’occasion d’aller flâner au 107 rue de Rivoli à Paris ? C’est le moment de prendre un cours de rattrapage au MAD, avec la très belle exposition sur l’emblématique magazine américain Harper’s Bazaar. Voici trois raisons qui vous pousseront à faire le déplacement avant le 3 janvier 2021.

1/ Pour son histoire passionnante

Véritable pionner dans l’histoire de la mode, le magazine Harper’s Bazaar né à New York en 1867 (il y a donc 153 ans) sous l’impulsivité des frères Harper du groupe de presse Harper &  Brothers s’est vu accueillir dans ses colonnes des artistes grandioses tels que Man Ray, Andy Warhol, Picasso ou encore Salvador Dalí. La première rédactrice en chef du titre, Mary Louise Booth, a tout d’abord insufflé ses valeurs littéraires, féministes et avant-gardistes à la revue. C’est ensuite Camel Snow en 1934 qui donnera un nouvel élan de modernité dans le contenu éditorial. S’en suivront Alexey Brodovitch et Diana Vreeland qui propulseront le Harper’s Bazaar au haut rang iconique qu’on lui confère aujourd’hui.

2/ Pour ses pièces prestigieuses

Au cours de votre visite, vous pourrez découvrir soixante quinze créations couture et prêt-à-porter en lien avec les parutions, tantôt issus de la collection du musée ou encore des prêts d’exceptions. Jeanne Lanvin, Madeleine Vionnet, Chanel, Elsa Schiaparelli, Christian Dior, Courrèges, Lagerfeld, Vuitton, Alexander Mc Queen, Dolce & Gabbana, Cristóbal Balenciaga : les robes exposées, sélectionnées avec soin, sont les parfaits témoins de toute l’évolution de la silhouette féminine.

3/ Pour l’architecture des galeries du Musée des Arts Décoratifs

Après un an de travaux et grâce au mécénat du philanthrope américain Stephen Schwarzman et son épouse Christine Schwarzman, le Musée des Arts Décoratifs s’est refait une beauté avec son espace de 1300m2. Un superbe escalier a été conçu par Adrien Gardère pour conduire au deuxième étage où les murs en pierre bruts apportent une véritable touche de modernité au bâtiment historique. « En finançant cette rénovation cruciale pour le musée, (Stephen et Christine Schwarzman) soulignent combien la mode revêt une valeur universelle dans notre monde contemporain et combien elle signe une part importante de notre identité », avait expliqué Pierre-Alexis Dumas (Hermès), président du MAD.

« Sneakers and Go » : louer ses sneakers pour des events

Triiad en édition limitée au profit de l’école Kourtrajmé