Artiste à domicile (EP12) : Sarah Estejé dessine au stylo bille la Chuck Taylor All Star Lugged

dans


Hello Sarah, où passes-tu ton confinement ? 
Hello ! Je passe mon confinement à Paris, essentiellement chez mon copain qui travaille de chez lui aussi.

Comment tu aimes qu’on présente ton travail ? 
J’aime qu’on décrive ça assez simplement, mais qu’on souligne la sensibilité que j’essaye d’y apporter. Quand on me demande, je dis que je fais de l’hyperréalisme au stylo bic, et la plupart du temps je finis par montrer mon travail.

Mais du coup, combien de stylos tu consommes par an ? 
Vraiment bien moins qu’on ne le pense au final (rires) ! J’appuie très peu sur mon stylo pour obtenir ces nuances. J’utilise à peu près 1 stylo par an, par couleur. 2 quand je suis productive ! Par contre, la marque Bic a changé la composition de son encre il y a quelques années, et il ne me reste que très peu de stylos fonctionnels avec l’encre que j’aime. La nouvelle est bien plus fluide, et le bleu est plus clair et saturé : je vais devoir m’adapter. 

Tu as sorti un bouquin où tu l’expliques, mais pour celles et ceux qui voudraient se lancer dans le dessin aux stylos comme toi, c’est quoi LE conseil que tu donnes ? 
Je pense qu’il faut avant tout beaucoup de patience, et aimer s’attarder sur des détails microscopiques. Je fonctionne pas mal par trames, un peu comme une imprimante, donc ça peut paraître long. Pour la technique, le stylo ne pardonne pas, il faut apprendre à le maîtriser parce qu’il peut être capricieux. Parfois il coule trop, parfois pas assez, etc. Mais ça vient avec le temps !

Est-ce que le confinement t’inspire ? Tu as utilisé d’autres outils ? 
Le premier confinement m’a un peu paralysée artistiquement, je ne fais pas partie de ces gens qui ont fait du sport tous les jours, ou du pain maison (rires). J’ai gardé le contact avec le monde extérieur en jouant à Draw Something. Par contre, dès le déconfinement, j’ai repris le pli : en bossant sur mon livre qui m’a pris beaucoup de temps, et puis j’ai réussi à garder le rythme pendant ce 2eme confinement … Je suis bien plus productive ! Je suis en train de me lancer dans le tatouage, donc oui : on peut dire que j’ai utilisé d’autres outils, et du coup bientôt d’autres supports. 

Si tu devais le dessiner ce confinement, ça donnerait quoi ? 
On pourrait représenter la vie mise en suspens, avec des objets bâchés par exemple. J’ai d’ailleurs récemment terminé un dessin qui représentait un scooter sous une bâche. C’est une série que je veux faire depuis longtemps et qui me semble plus que jamais d’actualité.

Comment est-ce que le confinement a impacté ton travail ? 
J’ai vraiment eu un déclic concernant l’évolution de ma carrière. J’ai toujours eu peur de me lasser, et d’étouffer artistiquement en faisant des projets qui ne me représentent pas. Le tatouage est l’évolution professionnelle idéale, où chaque projet devient une collaboration, même en proposant essentiellement mon univers artistique. 

Il paraît que ton rêve secret, c’est de devenir photographe animalier ? 
Ah ah, oui c’est vrai ! J’ai fait des études de photo, aux Gobelins, en rêvant de devenir reporter photographe, essentiellement pour voyager. J’aime assez travailler seule, observer longuement avant de capturer un instant précis. C’est un peu ce que je fais en dessin d’ailleurs. Et je continue à titre personnel en photo, mais je m’attarde plutôt sur les gens, que sur les animaux.

On peut dire que tu es une sneakers addict ? 
Je ne sais pas si je peux me qualifier de sneakers addict, mais effectivement j’ai toujours eu un budget sneakers assez conséquent. La complexité de leur design, la superposition des matières et tous les détails qui les composent en font de vraies œuvres d’art à mes yeux. C’est pour ça que j’ai toujours préféré les modèles très fournis.

Tu as quand même pu bosser une collab’ avec Converse : tu peux nous raconter ce projet ?  
J’ai reproduit une paire de Chuck Taylor All Star Lugged de la collection Counterclimate. C’est une paire un peu technique, pour tous les terrains et toutes les conditions. Elle est en Gore-Tex. Cette matière est très intéressante à dessiner, puisqu’elle reflète la lumière d’une manière particulière et comme elle est totalement étanche, l’eau ruisselle dessus. Pour ce dessin le challenge résidait d’ailleurs principalement dans le fait de représenter une à une chaque petite goutte en suspension sur le Gore-Tex de la chaussure.

Alicia Keys, Issa Rae, Pharell Williams, Selena Gomez … Pourquoi lancer leurs gammes de beauté ?

The Chosen, 3ème chapitre de Man On The Moon de Kid Cudi est enfin là