CHEZ NOS VOISIN.E.S (Ep01) : Londres avec Miniswoosh

dans
https://www.instagram.com/miniswoosh/

A défaut de partir loin, tout l’été, notre série Chez nos voisin.e.s. vous présentera les jeunes designers en Europe qui nous ont tapé dans l’oeil.
Miniswoosh est designer, basée à Londres, et collabore avec la firme de Beverton.
Il y a encore 5 ans, Alexandra Hackett était vendeuse dans un shop Nike à Melbourne.

Si vous passez votre vie sur Instagram, il y a de grandes chances que vous ayez croisé Miniswoosh. Avant de lancer son propre studio, l’australienne Alexandra Hackett a rapidement gagné ses galons de designer en proposant des vêtements upcyclés à partir de pièces Nike.

Un mix entre l’art et la mode. Née en Australie, Miniswoosh se lance dans la mode pas tout à fait par hasard. Tout en travaillant sur le floor d’un shop Nike, elle poursuit ses études de design de vêtements de sport pour hommes à l’Institut royal de technologie de Melbourne.
En parallèle, elle présente sur son compte Instagram ses créations à mi-chemin entre l’art et la mode. La créatrice adopte une approche pratique, elle conçoit ses vêtements  par la fabrication plutôt que par le dessin. Elle conçoit par la découpe puis travaille avec des matériaux à la main. En somme, de l’upcycling maximal. 

Parmi ses premières réalisations, des produits Nike. D’abord, des pantalons réalisés à partir de sacs de sport ou encore des canapés recouverts de chaussettes DryFit : Il n’en fallait pas plus pour qu’elle tape dans l’oeil de la firme de Beverton. 

En plus de ces projets, Alexandra Hackett a également participé au Vote Forward Challenge avec un certain Sean Wotherspoon. Cette participation contribue à nouer sa relation avec Nike.

Aujourd’hui basée à Londres, Miniswoosh continue de tracer sa route avec sa marque Studio ALCH. Plus qu’une marque, un studio de création dans lequel Miniswoosh applique sa direction artistique. 

La déconstruction et la reconstruction sont le coeur du Studio ALCH. L’upcycling permet à Miniswoosh d’explorer le streetwear depuis sa collection Printemps / Eté 2019.  Pour son premier défilé, à l’occasion de la London Fashion Week hommes, la créatrice s’est associé à Patta, ainsi qu’à Nike, pour dévoiler une sélection de pièces streetwear.

Elle a précisé sa démarche créative chez nos confrères d’Hypebae : « Essentiellement, ALCH est l’accumulation de toutes mes pratiques d’exploration dans une étiquette principale. C’est une marque et une plate-forme pour filtrer toutes nos pièces reconstructives collaboratives, mais aussi pour présenter notre produit saisonnier. Il a commencé comme des pièces reconstruites uniques, qui se sont ensuite transformées en petites séries de produits exclusifs, qui sont ensuite devenues la gamme principale qu’elle est aujourd’hui. » 

Avec l’upycling, Miniswoosh insiste sur la durabilité ou l’idée que le vêtement doit durer le plus longtemps possible. Une thématique au coeur de son projet et importante dans le monde fashion post-COVID : « C’est vraiment quelque chose qui doit être considéré à long terme et à tous les niveaux de l’entreprise. Il existe différentes façons d’y contribuer, mais je pense qu’il est vraiment important de réfléchir à la manière dont chaque nouveau produit peut faire partie d’une structure cyclique. Il ne s’agit pas seulement de designers et de fabricants, mais les consommateurs doivent également évaluer leurs habitudes d’achat. » 

Un streetwear innovant et ambitieux. Un cocktail créatif parfait pour son label émergent.

Rosalia nike

Rosalía devient la nouvelle égérie Nike Air Max 2090

Comment Bape est t-elle devenue une institution du streetwear japonais ?