CHEZ NOS VOISIN.E.S (Ep07) : À Londres avec Ancuta Sarca

dans
@ Ancutasarca

Entre une paire de sneaker et une paire d’escarpin kitten, votre cœur balance ? Ancuta Sarca vous propose d’allier les deux avec son audacieuse technique d’upcycling.

Crédit : LN-CC

Ses créations ne vous sont pas inconnues puisqu’elle attirent l’attention des réseaux sociaux et des médias mode internationaux depuis quelques années déjà. Née en Roumanie, Ancuta Sarca a étudié à l’Université d’Arts et de Design de Cluj-Napoca, ville de Transylvanie. Après avoir obtenu son diplôme en 2015, la jeune femme de 28 ans déménage pour Londres et commence sa carrière en travaillant pour le label britannique Ashish.

Parallèlement, son intérêt pour la design circulaire et sa sensibilité au changement climatique la poussent à innover. Si les sneakers Nike ont longtemps fait la part belle à la mode masculine, Ancuta décide rapidement de féminiser cette esthétique qu’elle aime tant au moyen de ses petites mains. En se servant d’un trop plein de vieilles paires de baskets, elle les transforme en « heels kitten » (à savoir ces petits talons de 3,5cm démocratisés dans les années 50).

Remarquée par toute une communauté de shoes addict et de mode durable, ses créations la poussent à aller plus loin. « J’ai reçu des centaines de messages de personnes souhaitant acheter des chaussures et des milliers de nouveaux abonnés sur les réseaux sociaux. J’ai également reçu de bons retours de la presse, des stylistes, des photographes et des célébrités qui souhaitent porter les chaussures. » expliquait-elle l’an dernier au prestigieux média Forbes. Ce fort engouement lui a permis de créer sa propre marque et d’intégrer le programme de soutien aux jeunes créateurs Fashion East (dont Martine Rose, JW Anderson ou Craig Green sont par exemple issus).

Présentée à la London Fashion Week SS20, Ancuta Sarca a depuis attiré une longue liste de revendeurs luxueux comme le concept-store londonien LN-CC. Par ailleurs, la marque au swoosh lui a également offert la possibilité de puiser dans ses stocks invendus pour mener à bien ses collections. Nul doute que sa démarche et ses designs excentriques l’amèneront à une longue et propice carrière « à l’heure où la mode a besoin de gens créatifs qui réutiliseront ce qui existe déjà au lieu de produire constamment. « 

De La Fuentes x Krisy : découvrez qui est ce couteau belge

Fresques royales sur le château du Domaine de la Valette avec le peintre L’Atlas