Constantin Prozorov combine mode et poésie dans ses superbes collages digitaux

dans
Crédit : Constantin Prozorov @constantinartist

Il offre une parenthèse enchantée à ses 200 000 abonnés et des poussières sur sa vitrine Instagram. L’artiste digital Constantin Prozorov réinterprète la mode dans un univers surréaliste et mélancolique au moyen de collages animés. Parmi ses clients ? Des maisons prestigieuses comme Moncler, Marc Jacobs, Balenciaga ou Gucci.

De manière habile et déroutante, Constantin Prozorov nous éloigne des traditionnels lookbooks de mode pour nous transporter dans ses rêves les plus fous. Textures, paysages, animaux, personnages fantastiques et objets se superposent pour finalement donner une toute nouvelle dimension au sujet principal : les outfits arborés par les mannequins. L’artiste russo-allemand né au Kazakhstan et désormais basé à Berlin connait bien les codes de la fashion sphère. C’est certainement pour cela que cet amoureux d’art et de collages se distingue.

Diplômé en design de mode et communication, il fait d’abord ses armes chez le célèbre couturier franco-brésilien Gustavo Lins avant d’entrer chez Condé Nast en 2014, où il travaille sur diverses productions éditoriales de mode pour les médias du groupe (Vogue, Glamour, Elle). Quelques années plus tard, il devient l’assistant du designer allemand Wolfgang Joop au sein de sa marque Wunderkind. Du haut de ses 35 ans et depuis 2017, Constantin Prozorov avance en indépendant et propose ses services de créatif digital hors-pair aux grandes maisons. De Marc Jacobs à Balenciaga ou Maison Valentino, c’est finalement avec Gucci ou encore Moncler que naissent ses oeuvres le plus abouties.

Tandis que l’automne-hiver 2018 Gucci d’Alessandro Michele s’illustre dans un royaume peuplé de dragons à la Game of Thrones, l’automne-hiver 2019 Moncler by Richard Quinn prend vie dans toutes sortes d’ambiance. Une banquise fleurie habitée par un ours polaire, une planète inexplorée visitée par un tigre des neiges ailé ou encore un paysage tropical où une girafe a littéralement la tête dans les étoiles. En bref, des petites parcelles d’utopies dans lesquelles on se perdrait bien volontiers.

Dernièrement, Constantin s’est aussi associé à l’experte en stratégie des arts émergents Stephanie Manasseh pour « Beyond Fashion ». Un projet quasi narratif né pendant la crise sanitaire où Prozorov contemple l’incertitude de l’avenir, le monde en perpétuelle évolution et la manière dont cela se traduit dans la mode.

Trois nouvelles Dior x Air Jordan 1 en préparation ?

Comment les Crocs sont passées de « pratiques » à « hype » ?