Cyrielle Gulacsy : quand l’abstraction rencontre la science en peinture

dans

Traditionnellement, les artistes liés au pointillisme représentent des paysages bucoliques. Cyrielle Gulacsy peint l’espace.

L’infiniment petit sur une toile. Cyrielle Gulacsy est peintre. Sa spécialité ? Le pointillisme ou plutôt la représentation d’un cosmos qu’elle imagine. Un mélange d’art abstrait et de science. Si l’astrophysique et la mécanique quantique ne vous évoquent rien, les œuvres de Cyrielle Gulacsy pourraient vous aider à mieux vous l’imaginer. Point par point, l’artiste autodidacte applique sur la toile de nombreux petits points colorés sur la toile. De loin, vous jurerez presque observer une camaïeu coloré sur une toile mais d’un peu plus près, vous croirez apercevoir un rassemblement d’atomes.

Peinture, dessin, sculpture, Cyrielle Gulacsy travaille avec une variété de médiums. Autant de médiums, qui lui permettent méthodiquement de proposer son interprétation artistique de sciences qui la passionne : l’astrophysique et la mécanique quantique. Son objectif, non dissimulé, est d’inviter notre œil et notre esprit à percevoir des formes qui devraient être invisibles. La Parisienne associe son exploration picturale à une autre plus scientifique. 

La science, oui. Mais pas la science dure. L’ancienne directrice artistique s’attèle à représenter sa science fantasmée. Au-delà de la science, l’expérience se veut sensible. Cyrielle Gulacsy souligne que « L’espace-temps, l’électromagnétisme ou encore la diffraction de la lumière sont autant de champs de recherches et d’expérimentations qui permettent d’explorer de nouvelles représentations de la réalité ». Une réalité parfois difficile à concevoir au quotidien, une réalité parfois infiniment petite sur une toile.

Nike x Sacai : deux Blazer Low renforcent les rangs

On a passé pour vous un week-end à Ibiza