Le documentaire « Framing Britney Spears » disponible

dans

Documentaire coup de poing réalisé par The New York Times diffusé aux Etats-Unis le 2 février, « Framing Britney Spears » arrive en France sur la plateforme Amazon Prime Video le lundi 5 avril.

Une enquête qui fait froid dans le dos

Véritable symbole des années 2000, la chanteuse américaine Britney Spears a marqué toute une génération au fer rouge. Si ses hits raisonnent encore, de Baby One More Time à Oops!…I did it again en passant par Toxic, sa triste descente aux enfers est encore elle aussi bien présente. Au programme de ce documentaire choc ? La carrière de la chanteuse, le média bashing et le slut-shaming dont elle a été victime. Il revient également sur le mouvement #FreeBritney, lancé par les fans de l’artiste après son placement sous la tutelle très controversée de son père. Une bataille judiciaire avec Jamie Spears toujours en cours. Vous l’aurez compris, sa santé mentale a été mise à rude épreuve et ce ne sont pas les témoignages accablants de proches, photographes et anciens collaborateurs qui diront le contraire. Une enquête terrifiante qui démontre qu’en 2007, le monde a littéralement assisté et contribué à la destruction de l’icône. Après la diffusion de « Framing Britney Spears« , son ex conjoint Justin Timberlake a d’ailleurs présenté publiquement des excuses pour son comportement, plus de 20 ans après leur séparation. 

Britney Spears « embarassée » par le documentaire

Alors qu’elle avait jusqu’ici garder le silence, la star s’est exprimée sur Instagram au sujet du documentaire.  « On a toujours fait des suppositions sur ma vie, j’ai toujours été scrutée et jugée. Pour ma santé mentale, j’ai besoin de danser, de me sentir libre, humaine et en vie (…) J’ai toujours été jugée, insultée et embarrassée par les médias, et je le suis toujours d’ailleurs » confie t-elle à sa communauté. Elle avoue aussi ne pas avoir regardé le documentaire mais s’est dite embarrassée d’avoir de nouveau les projecteurs braqués sur elle et même, en avoir pleuré longuement. Elle termine néanmoins sa confession en expliquant mettre tout en oeuvre pour conserver « joie, amour et bonheur« . Et c’est bien le minimum que l’on puisse lui souhaiter.

Hypnotique : le travail de l’artiste digital Shane Griffin

Jordan 1 high og UNC

Jordan Brand dévoile ses modèles de l’été 21