Noyé, d’Hatik : plus mélancolique que jamais

dans
Copyright: @Cha.step / Charlotte Steppé

Il n’était pas forcement attendu aussi tôt mais le deuxième album studio d’Hatik, rappeur le plus mélancolique du game, sort ce vendredi, et il s’appelle Noyé

Avec Hatik, tout va très vite. Fin Août, il annonce un nouveau projet. En Octobre, il annonce que ce sera un nouvel album baptisé Noyé – Vague à l’âme suite et fin. Mercredi 17 novembre, il nous balance la tracklist. Et aujourd’hui, l’album. Il n’aura donc fallu que huit mois à Hatik pour remettre ça après son premier album Vague à l’âme. La thématique de l’eau reste présente, à moins que ce ne soit dans les larmes que le rappeur se soit noyé, parce que, dans la lignée du premier album, ce nouveau projet est marqué par la mélancolie.

Contrairement à son prédécesseur qui ne comptait pas moins de 29 titres, cet album n’en compte que 11. Un format plus ramassé, guidé par le single Noyé. Servi par un clip à l’esthétique soignée, en noir et blanc, le single nous met directement dans l’ambiance. Une mélancolie presque étouffante renforcée par un texte poignant. C’est le visage tuméfié, marqué par la vie, qu’Hatik livre une introspection sur un succès fulgurant, sur ses ambitions mais aussi sur les déceptions et les trahisons qui vont avec. 

Sur ce nouvel album, ce qui est notable, ce sont également les featurings. Pas de têtes d’affiches du rap actuel ou d’artistes pour apporter un refrain catchy qui feraient sauter le million d’écoutes sur Spotify. Seuls deux artistes ont été conviées sur Noyé

Eva Queen et Slimane en seuls feat.

La première, Eva Queen sur le titre « Ça suffira ». Fait assez amusant de retrouver cette dernière sur la vibe mélancolique d’Hatik alors qu’elle sort, le même jour, un album intitulé Happiness… 

La collaboration avec Slimane, paraît, elle, presque naturelle. Sa voix éraillée, comme usée par la vie, complète parfaitement celle d’Hatik dans le titre « Y’a Rien », qui ne pourra que faire remonter des émotions à tous ceux qui l’écouteront.   

Non, ce n’est pas un album où ça kicke sauvagement l’instru. Non, ce n’est définitivement pas l’album le plus rap de l’année, selon les critères « habituels ». Mais de toutes façons, Hatik veut toucher plus qu’impressionner. Comme il le dit dans le morceau Noyé, il veut « marquer l’histoire et faire chialer l’monde, finir tout en haut comme les Rolling Stones ». 

Mais c’est Sam’s, aka Mastar dans la série Validé, qui parle peut-être le mieux de celui qu’il a, non seulement côtoyé sur la série, mais qu’il a également invité sur son propre album Inspiré d’Histoire(s) Vraie(s) : « En fait, Hatik a ce truc. Qu’il rappe ou qu’il chante ça vient des tripes, tu sens que c’est vraiment lui ! ». Lui, que seuls ceux qui l’aiment vraiment appellent Clément.

C’est finalement Matthieu Blazy qui prend les rênes de Bottega Veneta

Iconique : l’histoire de l’élégance Givenchy