Qui est Marius Sperlich, ce photographe berlinois qui nous laisse bouchée bée ?

dans
Crédit : @mariussperlich

Photographe conceptuel qui se sert du corps féminin comme set-design pour raconter ses histoires, le berlinois Marius Sperlich interpelle. Des bouches langoureuses, des figurines miniatures, des trompes l’œil un brin provoc’ et surtout des sujets d’actualité : découvrez son univers bien plus complexe qu’il n’y paraît.

D’un simple zoom, Marius Sperlich, 29 ans, nous donne une toute autre perspective des attributs du corps. Un visage, une bouche, un sein, un nombril et toutes les parties les plus intimes de la femme deviennent les paysages de son art. Outre le délice visuel des couleurs ultra saturées et du make-up glowy, ses photographies font un clin d’oeil à diverses références pop culture, mode et politique.

Dès son enfance, Marius Sperlich filme l’univers du skateboard. C’est cette mouvance underground dont il fait partie qui façonne son travail, ses idées. Puis vient l’heure de son premier appareil photo. Comment raconter une histoire en une seule image ? A se challenger dans sa créativité et en provocant une émotion à travers chaque cliché, sa popularité s’envole.

Il travaille quelques temps dans une agence de publicité puis la quitte pour devenir un créatif indépendant. Une image largement relayée en 2016 lui offre la visibilité qu’il mérite : des figurines enfermées dans des gélules translucides sont englouties par une bouche charnue.

Les sujets comme la santé mentale, la technologie toxique, le réchauffement climatique, la masculinité toxique, le racisme, le féminisme ou encore le body positive sont explorés sous son oeil avisé. Il n’en faudra pas moins pour qu’il soit republié par Madonna, qu’il signe une couverture pour le magazine Playboy et qu’il soit exposé à la galerie CONTEXT Art de Miami.

Depuis, Marius Sperlich a aussi photographié des personnalités comme le rappeur Kelvyn Colt, la créatrice de contenu @kickiyangz ou la top model Toni Dreher-Adenuga.

H&M dévoile sa collaboration avec Simone Rocha

Le street artist Astro donne encore plus de couleurs à Marseille