« Skam » : secrets du succès d’une teen-série made in France

dans
Skam- crédit photo : Thibault-Grabheers

70 millions de vues cumulées, des milliers de followers sur les réseaux sociaux et de véritables scènes de liesse à chaque apparition publique des acteurs. On ne parle pas ici de Rihanna, mais bien d’une série franco-belge. En peu de temps, Skam s’est imposée comme LA nouvelle série à la mode. Décryptage. 

Largement inspirée de la série britannique SkinsSkam voit le jour en Norvège en 2015. L’Italie et les Etats-Unis préparent en ce moment-même leurs adaptations. La série made in France fait son apparition en 2018 à la fois sur France 4 et France TV Slash, en gardant son nom, qui signifie « Honte » en Danois.

Une série qui comprend les ados

Avec des acteurs âgés d’une vingtaine d’années, la série s’adresse à un public adolescent. Skam répond aux problématiques des jeunes et nous plonge dans l’univers d’une bande de lycéens, entre délires, fous rires et spleen : harcèlement, sexe, religion, homosexualité… Chaque saison traite d’un thème en particulier. Des thèmes parfois hard, mais « nécessaires » pour les fans de la série. « Je pense que c’est important aujourd’hui de montrer ces sujets-là à l’écran. C’est rassurant d’avoir une série qui nous comprend, qui parle de nous » témoigne Chloé, 19 ans. 

Pour le journaliste spécialiste ès séries Pierre Langlais, l’une des raisons du succès de Skam réside dans son mode de diffusion original qui permet de « capter un public qui échappe à la télévision ». Si chaque semaine sort un épisode d’environ 20 minutes, il est possible pour les plus impatients de suivre cette aventure en temps réel. Exemple : si une scène se passe à la cantine un lundi à 12h30, alors, la vidéo sera disponible lundi à 12h30. De plus, chaque personnage dispose d’un compte Instagram permettant aux fans de suivre leur vie (fictive) sur les réseaux et de rester ainsi toujours connectés à la série. Une manière « de garder les fans sous tension pour leur donner envie de voir la suite ». 

La suite justement, ils vont pouvoir la binger très bientôt, puisqu’une saison 5 est déjà en préparation.

S.Pri Noir : sa paire de la honte

KASHINK, L'ICONOCLASTE STREET-ARTIST MOUSTACHUE

Kashink, l’iconoclaste street-artiste moustachue