Voici les buches de la jeune garde de la pâtisserie

dans

Imaginez le drame que serait un réveillon sans l’indémodable bûche de Noël. Popularisé en France dans les années 50, cet incontournable pâtissier n’a depuis jamais cessé de se réinventer. Si les grandes maisons parisiennes ne l’ont jamais retiré des rayons, la jeune garde s’est aussi approprié ce dessert en tentant d’alléger le fond et surtout d’apporter un soin tout particulier à la forme. 

Yann Couvreur 

Depuis l’ouverture de ses propres pâtisseries, Yann Couvreur se démarque au moment des fêtes par des bûches particulièrement esthétiques qui prennent souvent la forme de son animal totem : le renard. Cette année, l’animal rusé s’est lové dans un manteau blanc et croquant et referme en son coeur une buche franchement démente qui jongle entre la texture et les notes torréfiée de la noix de pécan, le tout enrobé par la douceur du sirop d’érable. Une bûche vanillée, généreuse, qui devrait largement remporter l’unanimité sur la table du réveillon. 

Rémi Bouiller chez Kreme 

Une bûche qui atteint des sommets, et pas n’importe lesquels : ceux du Japon. La “mont Fuji” est une petite réussite tant elle est équilibrée. Des impressions de nuage à chaque bouchée avec toute la gourmandise d’une aérienne crème de marron réveillée par l’électrique acidité du confit au yuzu, ce petit agrume japonais aux notes presque florales. Vendue 45€ du côté de Montrouge (92), une vraie aubaine pour ce dessert d’auteur. 

Babka Zana

Véritable ovni dans le paysage des bûches, la version de Babka Zana devrait surprendre vos convives. La babka c’est cette fameuse brioche chocolatée d’Europe de l’Est qui affole les réseaux depuis quelques mois et pour cause : ce dessert levantin se dévore sans faim. Dans sa version bûche, la babka est enrobée d’une coque en chocolat et en son cœur, vient se glisser une généreuse dose de praliné noisette coulant … On vous laisse imaginer l’effet sur les enfants – petits et grands – sur ce dessert complètement addictif qui sera tout aussi idéal le lendemain matin à l’heure du café. 

Jeffrey Cagnes chez Stohrer 

Il a affolé les réseaux avec ses “lives” sur Instagram pendant les deux confinements, il continuera d’affoler vos dîners pendant les fêtes. Le plus stylé des pâtissiers vous propose non moins de six bûches pour Noël ! Par ces temps compliqués, on se rue sur sa buche ensoleillée proposée par la plus ancienne pâtisserie de Paris, Stohrer : un biscuit à la noix de coco sur lequel vient se déposer un confit mangue-vanille, une mousse coco et un crémeux passion. Un habile équilibrée entre l’acidité de la mangue et les notes caramel de cette puissante vanille. Un dessert dépaysant qui devrait suffire à apporter un peu d’exotisme à votre réveillon. 

Dans le panier (2/2) : notre shopping de fêtes

Ola Volo, l’ange kazakh du Québec aux fresques géantes