Kashink, l’iconoclaste street-artiste moustachue

KASHINK, L'ICONOCLASTE STREET-ARTIST MOUSTACHUE
KASHINK, L'ICONOCLASTE STREET-ARTIST MOUSTACHUE - crédit photo : Kashink

Depuis plus de dix ans, Kashink arpente le monde à la recherche de murs à peindre. Figure iconoclaste, la jeune femme arbore chaque jour une fausse moustache à la Salvador Dali et dénonce les injustices à travers son art. Grâce à son style inimitable, elle s’est imposée comme une incontournable du Street Art.

Kashink vient tout juste de rentrer de ses vacances dans les Pyrénées où forcément, elle n’a pas pu s’empêcher de laisser sa trace. « J’étais obligée » dit-elle en rigolant. Bien qu’elle soit désormais exposée dans le monde entier, l’artiste prend toujours autant de plaisir à repeindre illégalement les murs qui se dressent sur son chemin : « Il faut savoir garder le côté illégal, le côté un peu punk » confesse-t-elle.

Une artiste libre et engagée

Du bleu, du rouge, du jaune : difficile de ne pas bloquer lorsque l’on croise l’une de ses peintures. Un univers qu’elle décrit comme « décalé, jovial, plein d’énergie et hyper coloré. J’aime bien quand visuellement c’est percutant ! » dit-elle. Non genrés, dotés de quatre yeux et d’une large bouche, ses personnages multicolores sont aujourd’hui devenus sa marque de fabrique. « Ces personnages, quelque part, ce sont des autoportraits. C’est une extension de mon identité ».

Maéva (son vrai prénom) est aussi une femme engagée qui utilise son art pour défendre des causes qui lui tiennent à cœur : « Je déteste l’injustice ». Ainsi, elle lance avec audace le projet « 50 cakes of gay », et s’en va peindre des gâteaux de mariage un peu partout dans le monde en réaction aux manifestions contre le mariage pour tous. A coups de slogans et de messages d’espoir, l’œuvre a pour but de lutter contre les discriminations, de défendre l’égalité, et de célébrer la diversité. 

Pour en découvrir plus sur elle, rendez-vous sur sa page Insta @Kashink1 et sur sa chaîne Youtube, où elle partage plusieurs de ses projets.

Skam- crédit photo : Thibault-Grabheers

« Skam » : secrets du succès d’une teen-série made in France

Beyoncé

Neal Farinah : le coiffeur dont Beyoncé ne peut plus se passer